Collaborateurs

Shantala Pèpe / Danseuse. La conjonction d’un passé d’athlète de haut niveau, d’une formation de danse en conservatoire et de collaborations avec de nombreux artistes a permis à Shantala Pèpe de développer une amplitude d’interprétations peu commune. Elle interprète régulièrement les chorégraphies de Nicole Mossoux (Cie Mossoux-Bonté), Karine Ponties (Dame de Pic) , Isabella Soupart, et plus récemment, Emmanuelle Vo-Dinh. Dans une approche intimiste, elle développe son propre travail chorégraphique au travers une série de solos : la performance Innocence is bliss, suivi de Despite Her, pièce de 50 minutes créée en 2016, et Alice, une pièce protéiforme danse-objet prévue pour avril 2019. Sa curiosité pour les arts vivants et visuels pousse la danseuse et chorégraphe vers le cinéma et la réalisation : dès 2012 elle se forme au jeu d’acteur avec John Flanders, Beatriz Flores Silva, Marjorie Ballentine, Pico Berkowitch, et apparait à l’écran pour plusieurs réalisateurs et chorégraphes. Elle signe par ailleurs trois films chorégraphiques : Emergences (2011) et Embrace (2014), tous deux primés dans des festivals internationaux, ainsi que son dernier court métrage The Magma Chamber (2018).

Louis Nam Le Van Ho / Danseur. Né à Paris et diplômé du Conservatoire national et de l’école P.a.r.t.s. à Bruxelles, il commence à travailler avec la compagnie Rosas en créant aux côtés d’Alain Franco et Anne Teresa de Keersmaeker “Zeitigung”, une réécriture de la pièce “Zeitung” datant de 2008.
La pièce explore la continuité qui existe entre improvisation et composition chorégraphiques, en lien étroit avec la musique de Bach, Schoenberg et Webern.
À la suite de ce projet, il collabore à deux reprises en tant qu’interprète avec Maud Le Pladec lors de la création “27 Perspectives”, pièce pour 10 danseurs sur la symphonie inachevée de Schubert; et pour la performance « DJ Battle », en duo avec le musicien Julien Tiné.
En 2019, il crée avec Noé Pellencin le duo “Toggled Quest” (titre temporaire), dont la première a lieu lors de la 1ère édition du festival Antidote, à Soest.
Le festival Antidote s’inscrit plus largement dans un mouvement cherchant à repenser les conditions de production dans le milieu du spectacle vivant (https://www.antidotefestival.nl/the-antidote-movement/).

 

Guillaume Le Boisselier / Compositeur sonore. Compositeur et improvisateur autodidacte. Il puise autant ses influences dans certaines musiques de genre (post rock, indus, black metal…) que dans la musique improvisée, la noise ou l’acousmatique. Sa musique est à la fois primitive et complexe, entre folk imaginaire et expérimentation bruitiste. Il développe la plupart de ses soundscapes lors d’improvisations pour lesquelles il utilise des instruments à cordes amplifiés (Guitare, basse, Santur..) et différents traitements électroniques, des samples, des micros contacts. Il travaille à présent essentiellement sur des créations sonores pour le théâtre et la danse contemporaine (avec entre autres Oriane Varak, Emmanuelle Grangier, Tatjana Pessoa, Audrey Dero…), mais sa musique existe aussi à travers des projets aussi différents que Blastème!, Hippy Death Suite, The Five Wounds, entre autres.

Pascale Gigon / Assistante chorégraphique. Née en 1964 en Suisse, elle immigre en Belgique en 1984 pour suivre une formation de danseuse contemporaine de manière autodidacte. Pascale a travaillé de 1985 à 2006 en tant que danseuse dans de nombreuses compagnies basées en Belgique et à l’étranger sous la direction de 9 chorégraphes, metteurs en scène et réalisateur : Michèle Swennen, Alain Populaire, Louis Ziegler, Yolande Snaith, Michèle-Anne De Mey, Thierry De Mey, Olga de Soto, Dirk Opstaele et Thomas Hauert. A partir de 2001, elle prendra aussi la fonction d’assistante chorégraphique et travaillera notamment pendant 6 ans avec Anne Teresa De Keersmaeker au sein de la compagnie Rosas, et pendant 3 ans avec Michèle Noiret au sein de la compagnie Tandem.
Depuis 2013, elle a entamé des études universitaires de sociologie et anthropologie à l’Université Libre de Bruxelles, qui la rendent particulièrement disponible pour de nouvelles relations aux choses, aux personnes, aux œuvres et aux événements.

Evelyne de Behr / Plasticienne, Scénographe. Formée à l’ESA St-Luc en Arts Plastiques et en Scénographie à Bruxelles, ville où elle réside, elle poursuit sa formation en Recherche Expérimentale auprès de l’artiste Javier Fernandez (1942, Es). Sa recherche, axée principalement sur les phénomènes d’apparition et de disparition, ainsi que sur le caractère éphémère des choses lui permet de décrocher une bourse au Centre de la Tapisserie en 2008. Ses oeuvres sont primées avec mention du Jury au concours Médiatine en 2011 où elle concevra, en 2015 « Proliferating throught the middle » lors des Monographies d’Artistes 10+15. Elle a exposé dans divers lieux : l’iselp, l’Office d’Art Contemporain, le Musée de la Tapisserie, le Centre d’Art Contemporain du Luxembourg Belge,… Elle multiplie les collaborations, notamment dans le domaine de la danse contemporaine avec « Paper Project » ( Estelle Delcambre via le Pôle de Recherche Chorégraphique (Bxl), La Pratique (Fr)). En 2018, elle fonde avec la plasticienne Léa Mayer (1987, Fr ) le Collectif 2L ; à deux, elles conçoivent au sein d’un quartier social, une sculpture relationnelle pérenne dans l’espace public : « Sans-titre
( Porte D ) ».

Florence Augendre / Danseuse.Florence est artiste chorégraphique indépendante, danseuse, actrice, auteure, chercheuse et interprète. Elle engage et développe son travail tant dans les domaines du théâtre, du cinéma, que des arts plastiques et de la danse contemporaine. En 1993, elle s’installe en Belgique pour travailler avec Wim Vandekeybus et sa compagnie Ultima Vez. Depuis lors, elle ne cesse de collaborer avec de nombreux et divers artistes, et ce travers toute l’Europe, fascinée par les notions de lien et d’analogie. Totalement éprise des mystères de l’humain, elle consacre une grande part de sa recherche à la constitution profonde et stratifiée de l’être, ses modalités d’adaptation, et ses rapports étroits avec l’environnement. Depuis longtemps inspirée par les mouvements et rythmes des microcosmes physiologiques intérieurs, elle poursuit les qualités de l’imaginaire, de l’expérience partagée, du dialogue engagé, pour sonder les relations qui s’opèrent et manifestent le relationnel d’humain à humain, de présence à présence, de corps à corps. Parmi ses nombreuses collaborations, on peut trouver : Meg Stuart, David Hernandez, Labor GRAS, Johanne Saunier/Jim Clayburgh, Brice Leroux, Lance Gries (N.Y.), Steve Paxton, Lisa Nelson, Label Cedana, Olga de Soto, Fabrice Ramalingom, Félicette Chazerand, Koen Augustijnen, Les Ballets C de la B, Michèle Noiret, François Brice, Quanta Art, collective Les Inéluctables, Belgium team documentary collective IDOCDE, Emanuela Iacopini. Et plus récemment, Florence is collabore étroitement avec la philosophe et artiste slovène Mala Kline et performeuse croate Adriana Josipovic.