Nothingness. Création 2020.

« Nothingness » – néant en français – est un projet qui interroge notre rapport au vide, à la non-existence, à la page blanche.

Lors de mon récent voyage au Venezuela, mon pays d’origine, j’ai pu constater l’ampleur des dégâts qui lui sont infligés par la crise politique et économique.
Valencia, ma ville de naissance, est à moitié en ruine. La rue principale, commerçante, n’expose plus qu’un ensemble de façades tenant à peine debout. Les fenêtres sont cassées laissant voir l’intérieur des bâtiments. Il n’y a plus personne, plus de lumière, plus de marchandise. Le vide est omniprésent, imposant. 
Je suis dans un no man’s land. 
Tout n’est que traces, poussières, vestiges d’un passé pourtant récent : néant soudain.
Comment ne pas être sidérée ? Dans un présent vide, comment réagir face à la sensation d’impuissance, d’incompréhension ? comment me réinventer?
Déjà, la végétation sauvage s’y est engagée; elle s’aventure dans les interstices libres de cet espace urbain délaissé, et crée des nouveaux assemblages, une nouvelle toile, une nouvel espace de vie : une invitation à reprendre appui, réapprendre, dépasser la rupture, résilier ? Quelle est mon habilité à y répondre ?
J’envisage en quelque sorte cette création comme un éloge du vide, avec toutes les contradictions que celui-ci éveille en nous. Ce moment où tout est fini et rien n’est encore né : inertie, latence. Cet entre-deux où s’entrecroisent le désespoir et l’élan créateur. Comment d’une part la crainte du vide peut nourrir le besoin de garder toutes traces de ce qui échappe, jusqu’à vouloir prévoir l’imprévisible, fixer l’éphémère et figer le mouvement, l’échange, la transformation … la vie. Ou comment un présent rompu, un arrêt du film, un écran blanc, peut tout aussi bien activer des « sentir », des « se laisser affecter par », des « faire » inattendus, susceptibles de générer une toute autre aventure spéculative, une toute autre manière de se remettre au monde, une toute autre manière de créer, d’exister: une toute nouvelle histoire.

Concept: Maria Eugenia Lopez. Danseurs : Shantala Pèpe, Louis Nam Le Van Ho. Musique : Guillaume Le Boisselier. Regard Extérieur : Pascale Gigon. Décor : Evelyne de Behr et Peter Maschke. Lumières : en recherche

Coproducteurs: Théâtre Les Brigittines. Théâtre de La Vie. Partenaires / Résidence: Materiais Diversos, Lisbonne, Portugal. La Briqueterie, Paris, France. Théâtre Marni., Bruxelles. Accompagnée par le Grand Studio. Avec le soutient de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service de la danse.

Pablo©Pablo Domene

Bri2

Bri3